Category La photo de la semaine

Choisir son cadrage en photographie

Une scène de cinéma

En photographie, il est important de choisir le bon cadrage pour mettre son sujet en valeur.

Comme souvent la chance sourit au photographe (quand il va la chercher).
C’est l’été, nous sommes dans le Finistère  à Kerity dans la commune de Penmarc’h.

Dans l’un des ses innombrables chemins de sable qui mène à la plage ,je suis tombé sur une scène de tendresse qui ne manquait pas de rappeler la chanson de J Brel : Orly.

Il fallait faire vite, l’étreinte ne dure pas on le sait bien …

cadrage-photographie

La scène comportait trois bandes (terre, mer, ciel) toutes importantes et de même poids car elles étaient le décor de l’action. Je les ai donc équilibré dans le cadrage.
Le couple était en plein milieu du chemin je l’ai laissé centré dans l’axe tiers inférieur pour concentrer la lecture sur lui.

Un bornage à gauche (un bout de talus, un bornage à droite (vélos et talus) donnait les limites du décor au sol.

Le ciel infiniment vide n’a pas besoin de bornage, l’océan immense non plus.
J’ai choisi le M9 (Leica) plutôt que le M monochrome. Car il était équipé du 35 mm qui rend bien la largeur est profondeur de la scène en étirant raisonnablement le premier plan.
Un diaphragme ouvert à 5,6 pour obtenir un arrière plan lisible mais qui ne croule pas sous les détails.

Une mise au point sur le couple pour bien le détacher de son arrière plan.
En post-production je l’ai recadré en format  panoramique pour restituer l’atmosphère d’une scène de cinéma.

L’ensemble fonctionne et le cadrage réfléchit concentre le regard vers le sujet sans dénaturer l’émotion de l’instant.

Par conséquent, En photographie, il est important de choisir le bon cadrage!

Savoir mettre en scène son sujet, pour trouver le bon équilibre!

Une photographie expliquée!

En photographie, il est important de savoir mettre en scène son sujet, pour trouver le bon équilibre .

Il y a quelques années une belle bicyclette de couleur crème ornait régulièrement la rambarde de l’Odet boulevard Kerguelen.

Parce qu’un 35 mm m’aurait obligé à m’approcher de trop prés et aurait eu comme conséquence d’enfler le premier plan
et de réduire l’arrière plan.

La perspective exagérée et un début de déformation de la bicyclette aurait fait perdre le naturel de la prise de vue.

 

Une photographie expliquée!

 

Par conséquent, pour réaliser cette photographie, j’ai opté pour  un 50 mm  m’obligeant à plus de recul. Cela a permis de libérer le trottoir et d’ajouter la circulation piétonne à la scène.

Le bon positionnement était de ce fondre au pied des arbres.
Enfin, pour que la scène s’exprime pleinement,  il fallait que le graphisme de la bicyclette n’interfère pas avec celui de la rambarde.

J’ai donc choisi de travailler à ouverture maximale (soit f 0,95 !) .  La profondeur de champs ultra réduite couplée à une mise au point un peu en avant du cadre a permis de flouté la rambarde en arrière plan.

J’ai volontairement laisser filer la surexposition de l’arrière plan et j’ai exposé pour garder du détail dans les ombres.

J’ai attendu qu’un piéton chemine pour « habiller » la sortie de l’image lui donner vie et alimenter l’imaginaire.

Une photo expliquée :Le Jardin d’été

Une photo racontée par son photographe!

Le jardin d’été

En premier lieu,  la terrasse du  restaurant  « Le jardin d’été » à Quimper (une bonne table parait-il) : Le Jardin d’été.

La journée était maussade et grise donnant à la rue du Salé  un  air un peu tristounet.

Au contraire de cet ilot de gaité posé en milieu de rue qui semblait rayonner de toutes ses couleurs .

Cette terrasse aux couleurs saturées et complémentaires (vert/rouge), donnait une ambiance remarquable.

Les chaises de couleurs, les plantes et fleurs s’inscrivaient en faire-part comme une invitation au beau temps .

On remarquera particulièrement  une mise en scène harmonieuse et sans surcharge.
L’ensemble est bien pensée donnant un bel équilibre pour répondre à la symétrie de la façade.

Le Jardin d'été

En conséquence, un sujet qui semble idéal pour le Leica dont le rendu flatte la saturation des couleurs.

En conclusion, une scène pour un 35 mm, avec un diaphragme plutôt ouvert de manière à faire tomber un peu de flou sur l’arrière plan disgracieux.

Une ouverture maitrisée pour garder une finesse des détails sur toute la couverture du champs (F5,6).
Par conséquent , un placement dans l’axe de la scène permettra de respecter la symétrie et éviter des effets de perspectives sur les lignes horizontales.

Photographe: Thierry Becouarn 06.32.75.03.97